Evil Reign
Désolé, mais pour l'instant notre forum est en construction, alors il va falloir attendre un peu !

Le Staff.
Evil Reign
Désolé, mais pour l'instant notre forum est en construction, alors il va falloir attendre un peu !

Le Staff.
Evil Reign
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Evil Reign


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

 

 Mouahahahaha !! Le RP tant attendu !

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Shelly Mindlay
Admin
Admin
Shelly Mindlay


Messages : 46
Date d'inscription : 26/06/2011
Humeur : A une très forte envie d'aller taper sur un représentant du gouvernement *.*

It's me...
Caractère & Physique:
Liens:

Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! Empty
MessageSujet: Mouahahahaha !! Le RP tant attendu !   Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! Icon_minitimeVen 19 Aoû 2011 - 23:42

Shelly marchait en regardant droit devant elle, la tête haute, la démarche assurée. En la regardant déambuler tranquilement dans la rue, personne n'aurait pu se douter que la jeune fille était suivie. Comme d'habitude. Elle portait une grande cape, qui lui descendait jusqu'aux pieds, dissimulant sa jolie silhouette. Une large capuche était rabattue sur sa tête, laissant la moitié de son visage dans l'ombre. Un fanthôme de plus parmis tous les autres.
Shelly marcha dans une des nombreuses flaques de la rue, sans y accorder la moindre parcelle d'attention. En fait, même si ça ne se voyait pas, elle se concentrait de toute ses forces sur les pas derrière elle. Elle tourna rapidement au coin d'une rue sombre et sale, et accéléra le pas. Ceux qui la suivaient aussi. Shelly s'engagea dans une ruelle sombre, tout en souriant sous sa cape. Encore des imbéciles qui allaient se retrouver paumés dans le quartier le plus glauque et le plus pauvre de la ville. Comme elle l'avait prévu ils l'imitèrent, mais trop tard. La ruelle était déjà déserte.
Un des deux hommes tapa rageusement du pied par terre et cria :

- On t'attrapera, tu peux en être sûre ! On aura ta peau sale vermine !

Shelly entendit tout, du haut de son toit. Elle venait toujours ici, car il lui suffisait de monter sur une poubelle pour se hisser sur le toit et se réfugier derrière une vieille cheminée. Juqu'à maintenant les Sauveurs ne l'avaient jamais trouvé. Elle émit un petit reniflement dédaigneux, mais le regretta aussitôt. Ses poursuivants n'étaient certe pas très intelligents, mais ils restaient des professionels. Ce petit bruit n'avait pas du passer innaperçu. En effet, l'homme dit, mais beaucoup moins fort cette fois, la voix chargée de haine :

- Hein hein hein ! Tu es donc toujours là toi ! Tu es vraiment bête. Allez vient Alonth, on va la chercher.

La jeune fille ne resta pas un seul instant de plus dans sa cachette, et fila le plus vite possible sur le toit, le coeur battant à la chamade. Mais quelle imbécile elle faisait ! Maintenant la vraie chasse allait commencer, violente, fatigante, et sans merci. Et comme toujours elle était la proie, terrorisée. Shelly se maudit, et commença à avoir franchement peur.

Les hommes étaient montés sur le toit avec des gestes rapides, précis, et d'une efficacité implacable. Quand à elle, Shelly bondissait de toits en toits. Dans ce quartier ils étaient très rapprochés, ce qui n'allait pas tarder à changer car elle se dirigeait vers le Centre. Avec un peu de chance les hommes laisseraient tomber pour ne pas effrayer les membres du gouvernement.. Le souffle de la jeune fille était rauque, ses jambes flageollantes. Les hommes se rapprochaient à grands pas, et Shelly bénit le ciel qu'ils n'aient pas le droit d'utiliser d'armes à feu contre les moins de 18 ans. Elle se força à accélérer, mais les sauts à faire étaient de plus en plus grands, et bientôt elle devrait descendre. La capuche de sa cape finit par s'accrocher au coin d'une gouttière alors qu'elle passait d'un toit à l'autre. Son élan, et le fait que sa cape soit de mauvaise qualité empêcha Shelly de se retrouver accrochée au-dessus du vide. A la place, sa capuche se déchira, exposant son viasage au regard de tous, et laissant ses cheveux virvolter au gré du vent. La boule dans son ventre se fit plus oppressante, et la peur de Shelly plus grande. Il fallait qu'elle descende de là, ce qu'elle fit à la première occasion, poursuivent sa course dans les rues du Centre. Les gens qu'elle croisait lui jetaient des regards étonnés, quelques fois haineux, et d'autre envieux. C'est vrai qu'elle était vraiment jolie, avec ses grands yeux agrandis par la terreur, son visage pale, ses longs cheveux bruns, et sa cape qui ondulait derrière elle.

Elle bouscula plusieurs passants, tourna et retourna au coin des rues, sans parvenir à semer ses adversaires.
Il apparut clairement qu'elle n'allait pas pouvoir tenir le rythme bien longtemps. Shelly chercha des yeux quelque chose qui pourrait l'aider, et finit par trouver ce qu'elle cherchait. Là-bas, il y avait une grande maison, avec une lucarne sur le toit et un arbre qui lui permettait de monter.
Ses poursuivants étaient tout près d'elle, et Shelly fit une dernière accélération. Elle courut aussi vite que pouvait la porter ses jambes jusqu'à l'arbre, et l'escalada en vitesse. Alors qu'elle s'engageait sur la branche qui lui permettait d'atteindre la maison, une main s'empara de sa cape, la tirant vers lui. Shelly jeta un regard affolé derrière elle et découvrit bien sûr un Sauveur, un sourire aux lèvres. Il était sûr de sa victoire, sûr de la mort de la jeune fille. Les yeux de celle-ci se brouillèrent tandis qu'une pensée funestre jaïssait de son esprit.
* Je vais mourrir *
Sa rage reprit rapidement le dessus, et elle asséna un violent coup de pied dans le nez de l'homme, qui laissa échapper un gémissement de douleur. Sans plus s'atarder, Shelly bondit sur le toit, et se précipita vers la lucarne. Consciente qu'elle était forcément fermée, elle tira un couteau de sous sa cape et brisa la vitre. Puis elle rentra dans la maison, sans un regard en arrière.

Elle se trouvait dans un grenier poussiéreux, et particulièement encombré. Ses pas se dessinaient dans la poussière, comme si elle marchait dans la neige. Il était clair que personne n'était venu ici depuis longtemps. Shelly ne s'y attarda d'ailleurs pas, et descendit les escaliers quatre à quatre. En bas, un grand couloir blanc s'offrait à elle. Elle prit la 3eme portes à droites, et s'engouffra dans la pièce, qui était d'ailleurs une chambre. Puis elle referma la porte, tira le verrou, et se laissa glisser jusqu'au sol. Ses yeux se fermèrent d'eux même. Elle n'avait jamais eut aussi peur de toute sa vie. Son coeur se calma lentement, et elle rouvrit les yeux.

Une garçon était assis sur son lit, la détaillant en silence.
* Oh non. Pas encore. Je suis morte. Puta*n. *
Elle se leva précipitament, et soutint le regard du garçon. Il était plutôt beau, et avait les cheveux blancs. Shelly fut prise d'un rage terrible contre lui. PoUrquoi n'était-il pas traqué ? Pourquoi n'avait-il pas peur ? Pourquoi n'était-il pas comme elle ?
* Parce que c'est une de ces pourritures qui font partis du gouvernement .*
Shelly s'approcha de lui, s'immobilisa, et le baffa magistralement. Il ne devait pas s'y attendre car il ne réagit pas. Ce geste calma la jeune fille, et l'apaisa même. Mais la peur reprit vite le dessus car les bruits de pas de rapprochaient. Elle jeta un regard désespéré au garçon, et murmurra :

- S'il te plait, ne leur dis pas que je suis ici.

Puis elle se glissa sous le lit tout en priant por qu'il ne la dénonce pas. Il avait sa vie entre ses mains, et Shelly détestait ça. En plus elle venait de la baffer, mais bon ... il n'y avait pas de place pour les regrets dans la vie de Shelly.
Dehors, un des hommes cria :

- T'es coincée vermine. On va te faire la peau, tu vas voir. Tu nous a bien fait courrir, ça faisait longtemps qu'on s'était pas autant amusé. Mais maintemant, c'est fini. Tu vas cerver ici.

Shelly ferma très fort les yeux.



______________________________
Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! 11082512053052969
Revenir en haut Aller en bas
http://only-us.forumgratuit.org/
Blas Chainsaw
Admin
Admin
Blas Chainsaw


Messages : 47
Date d'inscription : 19/06/2011
Humeur : Song, I love you ~

It's me...
Caractère & Physique:
Liens:

Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! Empty
MessageSujet: Re: Mouahahahaha !! Le RP tant attendu !   Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! Icon_minitimeSam 20 Aoû 2011 - 16:13

Réveil. Yeux embrumés. Je vois flou. Je referme les yeux, passe la couverture sur ma tête, essaie de me rendormir. Je sens que je vais m'ennuyer, aujourd'hui. Non, je le sais. Je soupire, j'arriverai pas à me rendormir, de toute façon. Je soulève la couverture, puis je me relève, pour me retrouver assis sur le lit. Je contemple le bordel qui est ma chambre. Ma mère viendra très sûrement dans ma chambre, me disant « ta chambre n'est toujours pas rangée » et je lui dirais rien et puis voilà. Ouais, pas excitant ce que je raconte, là. Je regardais un sac. D'après ma mère, il était bleu marine. Pour moi, il est gris. Ma chambre est grise. Le couloir est gris. La salle de bain est grise. Tout. Tout pour moi est gris. La vie, peut-être, aussi ? Nan, pour moi, je pense qu'elle est rose, par rapport aux cons qui se laissent pas faire, alors qu'ils pourraient se laisser faire tuer par les Sauveurs. Je regarde mes mains. Grises. Huuuum. Ouairf. Je regarde l'heure. 10H du matin. Je me lève difficilement, le sommeil assez présent, puis je sors lentement de ma chambre. Je descend à la cuisine. Et là, je vois mes parents. Tout prêts pour sortir. Je les dévisage comme si je venais de rencontrer deux marginaux. Ma mère accoure vers moi, me prend les joues entre ses mains et dépose un baiser sur le front. J'ai eu le droit à un « bonjour mon chéri » puis mon père, restant à l'écart et me dévisageant comme si … comme si c'était moi, le marginal, et pas eux. Il n'aime pas le fait que je sois ce que je suis. Un jeune homme faisant plein de connerie, et adorant foutre un peu le bordel dans le gouvernement. Je ne suis pas comme il voudrait que je sois. Un fils parfait et responsable. Un fils digne d'être son héritier. Pas de bol pour lui, je suis fils unique. Et ma mère ne peut plus faire de gosse, pas de bol, vraiment, hein. Fin. Il serait bien fichu d'aller ailleurs pour avoir un autre gosse, plus digne de lui et me jeter moi à la porte. Naaaan. Il me regarde toujours, alors que ma mère me tiens toujours les joues, bloquée. Mon père fit finalement « bon, on y va ? ». Je demandais où, et j'eus pour réponse des courses. Puis ils partirent. Des courses ? Hum. Hum, hum, hum. Attend. Ah oui, c'est mon anniv aujourd'hui. Ils vont m'acheter une dague AHAHAHAHA. Ok …
Je vais être libre pendant des heuuuures. Alors je fait quoi ? Je reste à rien zoner à la maison ? Je fais du roller dans la maison ? Je vais à la zone est, me balader tranquillement parmi les chers citoyens ? Hum. Je vais rester à la maison. Je retournais donc dans ma chambre, puis m'affala sur le lit, contemplant ma main. Ca aussi, ça doit faire chier mon père, que je sois handicapé ainsi. C'est plutôt rare, les gens qui voient en noir et blanc. Je suis une rareté. Si j'étais né « ailleurs », je donne pas cher de ma peau. Je m'imaginerai bien des Libérateurs me suivre pour me zigouiller. Je fouirai ? Naan, c'est pour l'avancement de la communauté, d'après papa et maman. L'avancement de la communauté. Bizarre comme phrase. Je me prépare déjà pour l'anniversaire. Y'aura sûrement pas mal d'invités. Et mes parents me diront le même discours depuis que j'ai 10ans. Pfff. Je vais vraiment m'ennuyer. J'aurais des « Joyeux anniversaire, Blas ! », et pour ceux que je connais moins « Heureux anniversaire, Mr. Chainsaw ». Pfff. Je m'ennuie déjà rien qu'en y pensant. Ils me prennent la tête. On pourrai pas me laisser tranquille ? Je deviendrai bien ermite …

×××

Je m'étais endormi. Je me relevais et regardais l'heure. Midi trente. Je sortis de ma chambre puis allait dans la salle de bain. Je me pris une douche glacée. Puis tout à coup, ce fut bouillant, ce qui m'avait fait pousser par réflexe la paume de douche. Puis sinon, j'avais mis une simple chemise et un pantalon qui me paraissait pour moi noir. Mais qui sait, peut-être était-il bleu ? Ou rouge. Ou vert. Enfin bref. Je retournais dans ma graaaande chambre et m'assis sur le lit. Et quelques minutes après, alors que je réfléchissait à ce que je pourrai dire de nouveau face au discours de mes parents, la porte s'ouvrit à la volée, ce qui me fit sursauter et tourner vers la porte. Une fille. Elle ferma la porte et ensuite à clef et s'assit au sol, comme soulagée. Ow. Euuh. Mais. Euuh. Hein ? Puis elle me vit. Elle me regardait droit dans les yeux. Ses yeux étaient pour moi d'un gris très foncé. Elle alla vers moi. Euuh. Puis là PAAAAAAAAAAAF. Elle me fichu une de ces gifles ! C'est à peine si j'allais voler jusque sur Mars. Ouais, enfin bon. En tout cas, ça doit être une psychopathe. Parce que putain, l'autre, elle s'infiltre chez moi, là, comme ça, chez moi, tranquille, s'enferme dans ma chambre avec moi et viens me gifler. Elle va pas bien, cette fille.
Je la regardais. Elle était plutôt jolie. Elle doit être du gouvernement, parce que sinon, quik. Fin je pense. A moins qu'elle ne fuit. Eh béh. Et chez moi … ?

« S'il te plait, ne leur dis pas que je suis ici. »


Maintenant que j'y pense … C'est qu'il y a eu du bruit, en haut. Et y'en à encore, là. Poum, poum, poum. Des gens qui marchent. Je vais être pris en otage ? On va me tuer par le simple plaisir ? Nan. Nan. La fille se mit sous le lit. Mais pourquoi elle m'a giflé ? Je comprends pas, là … Et ensuite, elle me demande de rien dire. De rien dire ? Attend. Alors … ? J'avais raison ? Une marginale ? Hum. Je restais bêtement sur le lit, cherchant à comprendre. Mais … ? Bizarre. J'allais jeter un coup d’œil sous le lit pour la regarder et lui dire un truc, mais on entendit des mecs arriver et gueuler « T'es coincée vermine. On va te faire la peau, tu vas voir. Tu nous a bien fait courir, ça faisait longtemps qu'on s'était pas autant amusé. Mais maintenant, c'est fini. Tu vas crever ici. »
Euuuh. La vermine, c'est moi ou la fille ? Huhuhu. Puis on défonça la porte. Hé ?! Comment ils osent, ces enfoirés ?! Les deux mecs entrèrent et je les dévisageaient, puis me levait. C'était des Sauveurs. Alors la fille les fuyait donc. Purée. Ca saouleuh, pourquoi ça tombe sur moi ? Ils me regardaient assez surpris et à la fois méfiants. Quoi ? Ils pensent que je vais les bouffer ? Quoique, je le ferais bien.

« la fille »


L'un avait dit ça. Genre, « où est la fille ? ». Je les regarde de mes yeux dit vert-gris, d'après ceux qui me le disent. Je fais quoi ? Je leur dit ? Normalement, oui. Mais. Y'a pas de mais, je devrais leur dire, c'est mon devoir. Je dois le dire. Ou au pire … non, rien, pensée trop glauque. Mais elle doit être tuée. Elle est trop belle pour avoir le droit de vivre. Non. Je devrais pas le dire. Ca fera bien chier tout le monde. Oh oui ! Mes parents aussi, ça les ennuieraient bien ! Ben oui, c'est la honte de voir le gouvernement aussi incompétent ! J'ai eu une idée trop, g-é-n-i-a-l-e. C'est parfait. Je pourrai faire ça, à la fête ! Dire « Les gens deviennent de plus en plus incompétent, ils ne... ». Attend. Mais la fille. Mais ouaip ! C'est la Shelly Mindlay, nan ? Celle qui fait poireauter tout le monde comme des cons. Elle est trop forte cette fille. Alors je dirais « Les gens sont de plus en plus incompétents, regardez Shelly Mindlay, personne n'arrive à la choper ». Mais oui ! Et je la garderai ici, vu qu'on ne cherche jamais chez les gens de notre sorte, à mes parents et moi ! Mais ouais ! HEHEHE. Bah.

« Quoi la fille ? Insulteriez-vous ma noble personne ? En tout cas, ce que je sais, c'est qu'en défonçant cette porte, c'est comme si vous crachiez sur mon insigne. Vous l'a-t-on permis ? »
[b]


Bafouillement. On se rend compte qu'on est face à un tit sot de mon genre. Je répète :

[b]« Quoi, la fille ? Il n'y a pas de fille, ici. Je serai vous, je me casserai vite fait, parce qu'il n'y a personne, ici »


On me dévisage. Ils m'agacent. Je veux péter la gueule à l'un d'eux. Je les regarde profondément. Ils abandonnent. Puis avant qu'ils se cassent, je leur dit que j'avais vu au loin une silhouette, que ça pourrait les aider. Puis quand ils furent enfin partis, je me baissais, regardait la fille sous le lit, la chopa vivement par le bras et la tira d'ici. Purée. Ca va tout de même me ramener des emmerdes, ça. Elle pouvait pas le faire avec quelqu'un d'autre, hein ? Ben nan, trop demandé ! Fallait qu'une anormalité vienne chez moi ! Ok grâce à elle, je pourrai tete bien m'amuser à faire chier les autres, mais si on découvre ce que j'ai fait, cette fois, ça pardonnera vraiment plus. Mes parents saturerait et demanderait à ce que je n'ai plus aucun grade et là … Je me retrouverai comme les autres. Et ça me pardonnera pas, avec cette vue à la noix !
J'ai envie de l'engueuler. Mais je me retiens. Je la regardais droit dans les yeux.

« Tu m'étonnes qu'ils veulent ta peau »


Phrase qui sert à que dalle. Mais bon, comme au départ je voulais l'engueuler et que finalement, je me suis retenu, pouvais plus que dire n'importe quoi. Je soupire. Elle va de toute manière se casser, non ? Elle va continuer à fuir, je pense. Je me suis emporté, elle ne restera sûrement pas, et mon plan tombera à l'eau. Peut-être même qu'elle ne me remerciera pas. Avec un marginal, tu sais jamais à quoi t'attendre. Je pourrai pas saouler les autres. C'est bête, j'aurais aimé. J'aimerai bien qu'elle reste, aussi. Ca me ferait de la compagnie. Je dis n'importe quoi, c'est pas un animal. Et faut pas oublier que l'on ne sait pas quand mes parents reviendront. Mais je pense qu'on à encore du temps, avant qu'ils n'arrivent. Je regarde ma main. Hum. Je la regarde trop, je devrait arrêter d'espérer un jour de voir en couleur. Quand je pense que … J'aurais pu être dans le même pétrin qu'elle. Mais il faut qu'elle se fasse tuer, non ? Elle n'est pas normale, elle doit mourir. Ca à un air facho, nan ? Nan. Mes parents m'ont toujours dit que c'était pour le bien de tout le monde, alors je pense que je dois les croire.

||Assez brouillon, mais comme j'écris alors qu'on me parle, pas facile <_<"||

______________________________
Mouahahahaha !! Le RP tant attendu ! Blas_s10